LIVRES




QUATRIEME DE COUVERTURE :: PREMIERES PAGES :: PRESSE
























La mort dans l'âme – Quatrième de couverture

J'ai rencontré Cioran à dix-huit ans. Son appétit de néant m'a bouleversée. Il m'a tenu la jambe pendant dix ans, puis s'est défilé sans prévenir. Cet homme qui était tout absence, ce gisant debout, pouvait donc disparaître? Son creux a donné voix à la stupeur qui gémissait dans mes tréfonds. La mort, très amusée, est venue faire des ronds de jambe autour de moi. Elle a testé mes résistances et excité la part furieuse de mon vocabulaire. Il en résulte une danse endiablée entre Cioran, la mort et moi. Un tango sauvage à trois.