LIVRES



QUATRIEME DE COUVERTURE :: PREMIERES PAGES :: PRESSE























La tentation d’Edouard – Extraits de presse

Elisa Brune connaît bien les sentiments diffus et violents qu'un homme peut ressentir pour une inconnue. Elle comprend tout aussi bien les femmes et la tentation, l'un des thèmes de ce roman au charme aussi suranné que surprenant.
Brigitte Kernel – Femme actuelle – 17/11/2003

Elisa Brune nous a habitués à son énorme sensibilité et à la finesse avec laquelle elle tente de la transmettre à son lecteur. Pour ce faire, elle use, sans en abuser, de deux armes de choix: un humour réellement épatant et une capacité d'observation digne des plus grands. Mêlant judicieusement la narration et des passages dévolus à la correspondance, elle arrive même à ménager un brin du suspense, et ce, jusqu'à la dernière page. C'est vif, pétillant et bourré de talent.
Ciné télé revue – 14/08/2003

Le roman d'Elisa Brune renoue avec le genre épistolaire dans la tradition du badinage et de la légèreté. On est conquis.
Claire Julliard - Le Nouvel Obs – 20/11/2003

Elisa Brune est un écrivain de précision. Avec un style allègre et élégant, elle fouille et sonde les différents aspects de l'amour et du jeu de la séduction. Bourré d'humour et d'intelligence, ce livre à l'érotisme réjouissant tient en haleine jusqu'à la dernière page.
Karine Papillard - 20 minutes – 29/08/2003

Elisa Brune dit d'Edouard qu'il serait l'homme qu'elle voudrait s'inventer. On la comprend. Et on le lui empruntera volontiers, le temps d'une romance enlevée et spirituelle, d'un style qui ne boude ni les subjonctifs imparfaits, ni les digressions élaborées.
Nadine Pineur – Gaël – septembre 2003

Un texte à la fois léger et profond, séducteur et joueur, qui très vite se lit avec passion. Car Elisa Brune déploie ici des ressources nouvelles et inattendues. Suscite un désir de lecture assez semblable à la montée du désir amoureux, où l'on imagine sans peine ce qui va advenir, alors même qu'on éprouve le sentiment d'une invention de chaque instant.
Jean-Claude Lebrun – L'Humanité – 18/12/2003

Jusqu'à la dernière ligne, Elisa Brune nous fait vibrer, désirer, réfléchir, découvrir. Que sont au fond l'amour, le désir, le bonheur, et quelle place sommes-nous prêt-e-s à leur laisser dans nos vies?
Axelle – septembre 2003

Un livre mi-narration, mi-correspondance, élégant et subtil, qui raconte l'aventure, passionnée pour l'un, réticente pour l'autre, de deux inconnus. A la fin, suspense...
L'Evénement – septembre 2003

L'intelligence et la virtuosité diabolique de cette physiologie de l'amour et de ces liturgies de la séduction sont servies par le jaillissement continu de ces regards de gamine surdouée que l'auteur pose sur l'ordinaire de la vie. De plus, Elisa Brune est une de ces jeunes romancières de plus en plus nombreuses qui, sans le moindre complexe, donnent à l'érotisme la part de vérité et d'intensité qui lui revient. Avec ce don, si l'on ose dire, de renverser la vapeur.
Ghislain Cotton – Le Vif / L'Express – 05/09/2003

Comme toujours chez Elisa Brune, le ton est hardi et l'esprit le dispute à l'à-propos avec un humour qui achève de nous séduire comme il viendra à bout, qui sait?, de Geneviève. Comment résister à quelqu'un qui vous écrit: « J'ai des projets d'éternité mais je ne partirai pas sans vous »?
Sophie Creuz – L'Echo – 09/09/2003

L'auteur fait montre d'une belle santé, entre justesse du propos et romantisme débridé. Au fil des pages, la savante docteur en sciences de l'amour rapproche ses deux molécules jusqu'au choc physique de la rencontre. Elle sait manifestement réécrire la passion avec ses mots à elle. Sa chimie du rapprochement, sur le registre du chat et de la souris, nous plonge littéralement dans l'éprouvette du plaisir.
Bernard Meeus - Le Soir Magazine – 13/09/2003

Pour notre plus grand bonheur, Elisa Brune alterne avec virtuosité correspondance et narration, tout en ménageant le suspense jusqu'à la fin. Un roman qui pétille d'intelligence et d'humour.
Françoise Huart - Côté Femme – 17/09/2003

On s'amuse beaucoup à cette partie de ping-pong épistolaire à laquelle se livrent ces deux bretteurs qui se savent pas trop bien où tout cela va les mener.
Michel Paquot – Vers l'Avenir – 20/09/08

Ce roman piquant d'Elisa Brune dit ce que les femmes ont toujours rêvé entendre et met dans la bouche d'Edouard la sensualité, la curiosité qui feront peut-être craquer Geneviève. Un roman qui a des accents de vérité et de fantaisie.
Nelle Novak - Femmes d'Aujourd'hui – 23/10/2003